Pourquoi le stress nous fait trop manger, et comment s’arrêter ?

‘Manger ses émotions’ : voilà comment certains appellent la forme de trouble alimentaire qui consiste à se gaver pour faire face au stress ou aux émotions négatives. Dans ce cas, on a tendance à privilégier les aliments réconfortants, riches en sucres, en glucides et en graisses.

Mais pourquoi ? Pourquoi les émotions négatives activent-elles les récepteurs de la faim ? Cela commence souvent dans l’enfance. Vos parents vous ont-ils répété  ‘finis ton assiette’ tout au long de votre enfance ? Difficile donc de ne pas terminer ce qu’on vous a servi, même si c’est trop. Si on ajoute le fait que la taille moyenne des portions a considérablement augmenté au fil des ans, difficile d’ajuster à la bonne quantité pour nous.

Un autre mécanisme est d’associer la nourriture à une récompense. Vous avez complété un projet difficile, vous avez eu une sale journée, vous méritez bien une petite douceur. Or, qu’avez-vous dans vos placards ? Le fait est que vous allez manger ce que vous trouvez sous la main – si ce sont des chips ou des gâteaux, vous aurez du mal à dire non.

Si on a tendance à se mettre la pression pour manger sainement, le moindre écart sera vu comme un échec et risque de nous pousser à rechercher encore plus les aliments de réconfort, pour lutter contre le sentiment d’échec. Un cercle vicieux difficile à briser.

On commence par cesser de voir les choses en noir et blanc, et se fixer un régime trop strict par exemple. On cherche ensuite des alternatives au sentiment de bien-être que procure la nourriture. Prendre un bain, lire un bon livre, faire une promenade, autant d’activités qui peuvent nous apporter un sentiment de plénitude similaire à un bon gâteau, et qui nourriront notre esprit et notre cœur bien plus que la nourriture.

Alors, comment changer ses mauvaises habitudes ?

Rendez-vous la tâche plus difficile – n’ayez pas en stock les aliments qui vous tentent. Et si cela ne suffit pas, l’étape suivante est de travailler sur ses émotions. Repérez les moments et les situations qui risquent de déclencher des fringales pour camoufler les émotions négatives qui y sont associées.  Trouvez un moyen de substitution pour vous détendre. Évitez de faire les courses quand vous avez faim, ou après une journée stressante. Et souvenez-vous que bien se nourrir et faire les bons choix n’est pas inné – cela s’apprend, et pendant les moments de rechute, restez zen. Faites-vous plaisir de temps en temps, et repartez du bon pied.

Laisser un commentaire